Le 50e anniversaire de la Fondation Maeght

Saint-Paul de Vence (Nice), le 16 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

La Fondation Maeght fête son 50e anniversaire avec une exposition spécialement conçue pour l’occasion, intitulée « De Giacometti à Tàpies, 50 ans de collection », qui aura lieu du 22 juin au 2 novembre.

Des œuvres d’artistes, tels que Pierre Soulages, Simon Hantaï et Alfredo Giacometti, viendront célébrer la Fondation dédiée à l’art moderne et ses fondateurs, Aimé et Marguerite Maeght.

Les organisateurs attendent de cette exposition qu’elle suscite l’intérêt des habitants du sud de la France, mais aussi des étrangers.

Créée en 1964, la Fondation Maeght abrite une vaste collection de peintures modernes, sculptures, céramiques et collages. Son espace d’exposition se compose d’un bâtiment conçu par Lluís Sert, d’une cour et d’un vaste jardin peuplé de sculptures de Braque, Giacometti et Miró.

Frank Gehry et Norman Foster impliqués dans la rénovation de Battersea

Londres, le 16 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

L’entreprise Battersea Power Station Development Company, initiatrice des trois phases de rénovation de la centrale électrique de Battersea, a annoncé récemment que Gehry Partners et Foster + Partners — deux agences créées respectivement par le Canadien Frank Gehry et le natif de Manchester Norman Foster — allaient créer environ 1.300 appartements privés afin de rénover le site.

Le projet a pour ambition de faire entrer en dialogue l’esprit des deux architectes, et placera la centrale au centre du projet d’urbanisme. Les esquisses ont été sélectionnées au terme d’un concours d’architecture par Battersea Power Station Development Company en septembre 2013 et ont été exposées entre le 10 et le 13 avril.

Alors que les réalisations de Norman Foster dominent la ligne d’horizon londonienne — le Gherkin, le City Hall —, ce sera la première fois que Frank Gehry pénètre le sol londonien. Gehry a créé le Guggenheim Bilbao et travaille actuellement sur la Fondation LUMA à Arles.

 

Une importante collection d’antiquités saisie en Italie

Lanuvio, le 16 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

La Guardia di Finanza a saisi une importante collection d’art et d’antiquités dans une villa privée à Lanuvio, au sud-est de Rome.

Une centaine d’objets, dont la valeur est estimée à plus de 100 M€, a été réquisitionnée par les autorités italiennes. Cette collection intègre des vases en céramique et en terracotta, des mosaïques, des fresques, des piliers et autres objets datant de l’Antiquité tardive. Cette collection est censée appartenir à l’État. Quatre personnes ont été interpellées pour détention illégale d’objets.

Cette collection va être cataloguée par les autorités et sera par la suite rendue aux musées italiens.

La Maccarone gallery représentera Sarah Charlesworth

New York, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

La Maccarone gallery a annoncé qu’elle allait représenter le travail de Sarah Charlesworth, décédée l’an dernier à l’âge de 66 ans.

Sarah Charlesworth appartenait au groupe de la Pictures Generation, qui compte des artistes tels que Barbara Kruger, Cindy Sherman et David Salle. Le travail de ces artistes se base sur une appropriation des images de la culture populaire en lien avec la société moderne de consommation.

Photographe conceptuelle reconnue, Charlesworth a cherché à renverser des objets symboliques, en explorant la manière dont ils sont perçus.

La Maccarone gallery exposera la série Objects of Desire dans son intégralité, entre le 25 avril et le 21 juin. S’exprimant dans un communiqué de presse, la fondatrice de la galerie, Michele Maccarone déclare : « Charlesworth a profondément influencé le monde de l’art ainsi que de nombreux artistes de la jeune génération, je suis très honorée d’accueillir ses œuvres ».

À la recherche de la nouvelle œuvre de Banksy

Bristol, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Retrouvée à Cheltenham, une nouvelle peinture est suspectée être une œuvre de Banksy. Une autre ne devrait pas tarder à être localisée.

En effet, l’artiste a publié une nouvelle image sur son site, intitulée Mobile Lovers. Elle représente un homme et une femme qui s’enlacent et tiennent chacun un téléphone portable dans leur main, éclairant ainsi leurs visages.

The Telegraph rapporte que des « détectives de l’art de rue » sont activement à la recherche de la peinture.

Deux expositions inaugurées au Teatrino

Venise, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Le 13 avril 2014, le Teatrino a inauguré deux expositions, « L’Illusion des lumières » et « Irving Penn, Resonance », qui se tiendront jusqu’au 31 décembre 2014.

« L’Illusion des lumières », dont le commissariat est assuré par Caroline Bourgeois, projette d’explorer « des enjeux physiques, esthétiques, symboliques, philosophiques, politiques… attachés à l’une des réalités essentielles de l’expérience humaine, qui est aussi, depuis (au moins) la Renaissance, une dimension fondamentale de l’art : la lumière », d’après le site du palais. Des œuvres d’une vingtaine d’artistes, parmi lesquels Marcel Broodthaers, Latifa Echakhch, Gilbert & George, Robert Irwin, Bertrand Lavier, Julio Le Parc ou encore Robert Whitman, sont réunies.

En parallèle, l’exposition « Irving Penn, Resonance », conçue par Pierre Apraxine et Matthieu Humery — directeur du département Photographies de Christie’s —, présente 130 photographies, de la fin des années 1940 au milieu des années 1980. Elle rassemble une sélection de la série des « petits métiers » réalisée en France, aux États-Unis et en Angleterre dans les années 1950, ainsi que des portraits de célébrités et des clichés ethnographiques.

Articulé en plusieurs lieux, l’ensemble Palazzo Grassi est dédié à des expositions temporaires qui prennent pour base la collection François Pinault. En mai 2005, l’homme d’affaires avait acheté le palais vénitien au groupe Fiat suite à la mort de Gianni Agnelli, puis avait demandé à Tadao Ando d’entreprendre des travaux de restructuration dans le cadre d’un vaste projet patrimonial et culturel.

Exposition Andrea Heller à la galerie Scheublein + Bak

Zurich, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Du 16 avril au 30 mai, la galerie Scheublein + Bak de Zurich organise une exposition consacrée à l’artiste suisse Andrea Heller et son œuvre sur papier.

Ses travaux récents — qui sont réunis pour la première fois en une seule exposition à la galerie — sont composés d’aquarelles et d’encres sur papier, mais également d’assemblages de matériaux composites et de morceaux de textes. « Elle crée des images d’inspiration simple qui viennent du quotidien ou de paysages. Elles peuvent sembler figuratives au premier abord, mais elles apportent une certaine transcendance », explique Georg Bak, co-directeur de la galerie, à Art Media Agency. « Ses papiers sont très délicats, elle possède une grande inspiration lyrique. », ajoute-t-il.  

Née en 1975, Andrea Heller a étudié les beaux-arts à la Hochschule für Bildende Künste de Hambourg et à la Zürcher Hochschule der Künste de Zurich. Entre 2004 et 2006, elle a effectué plusieurs résidences, dont une à la Cité des Arts de Paris. Sa première exposition individuelle a eu lieu à la Helmhaus en 2001. Elle vit et travaille entre Paris et Zurich.

La galerie Scheublein + Bak est une « concept gallery » créée il y a trois ans. Elle s’intéresse à la jeune création, spécialement dans le domaine du dessin et de la photographie. Pour particularité, elle est installée au premier étage du château Schloss Sihlberg au cœur de Zurich, une demeure historique rénovée par un architecte qui y vit toujours.

Exposition Daido Moriyama à la galerie Simon Lee

Hong Kong, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Jusqu’au 7 mai 2014, la galerie Simon Lee de Hong Kong présente « Searching Journeys », une exposition personnelle consacrée au photographe Daido Moriyama. Les photographies sélectionnées montrent un panorama du travail de l’artiste réalisé entre les années 1960 et 2000, en particulier ses images sur la vie tokyoïte à laquelle le photographe a consacré une grande partie de son œuvre.

Daido Moriyama est né au Japon en 1938. Pionnier de l’art japonais d’après-guerre, le photographe est l’un des membres majeurs du mouvement « Provoke » et l’auteur de près de 200 livres. La mémoire et la représentation de la vie urbaine font partie de ses thèmes de prédilection. Citant régulièrement Sur la route de Jack Kerouac comme son livre de référence, il arpente les routes et les villes du Japon et du monde entier depuis le début des années 1960.

Son travail est présent dans les principales collections internationales privées et publiques, dont celles du LACMA, du MoMA et du MET de New York, du Getty Museum de Los Angeles, du Museum of Fine Arts de Boston et du Centre Pompidou à Paris.

Le rouge et autres propos hauts en couleur de Michel Pastoureau

Paris, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Historien médiéviste et directeur d’études à l’École pratique des hautes études, où il occupe depuis 1983 la chaire d’histoire de la symbolique occidentale, Michel Pastoureau a publié une quarantaine d’ouvrages, consacrés à l’histoire des couleurs, des animaux et des symboles. Le dernier, Vert, a été publié en 2013. Interrogé par Art Media Agency, c’est sur le rouge que la discussion se porte.

Vous avez consacré un livre au bleu, puis au noir, et enfin au vert. Pourquoi cette série ne comporte t’elle pas un ouvrage dédié au rouge ? Est-ce que cela fait partie de vos projets ?
Le livre sur le rouge est actuellement en chantier. Je n’ai pas commencé par celui-ci parce que c’est le morceau le plus important en matière de monographie autour d’une couleur. Il faut donc énormément de temps. Par exemple, le Noir m’a demandé dix ans de travail, le Bleu aussi. Il s’agit d’une tâche de longue haleine. Il y a tellement de choses à dire sur le rouge, je vais devoir faire du tri ! Il va me falloir encore trois ou quatre ans.

Depuis combien de temps vous y attelez-vous ?
On ne peut pas parler d’une couleur de façon indépendante. On fait forcément des oppositions. Lorsque je parle du noir, je rencontre le rouge. Cela fait partie de mes recherches sur les couleurs, que je produis depuis quarante ans maintenant. Mais, pour être plus précis, cela représente l’équivalent d’une bonne dizaine d’années de travail et d’enseignement.

Le rouge a longtemps remplacé le blanc dans son opposition avec le noir, surtout en Orient. Pourquoi est-ce moins le cas en Occident ?
En Occident, le blanc et le rouge sont des contraires, le blanc et le noir aussi. Mais, le rouge et le noir n’entretiennent pas beaucoup de relations. Nous avons donc un schéma à trois pôles: le blanc, le rouge et le noir. En fait, il représente le blanc et ses deux contraires (le rouge et le noir). Il faudra attendre des éléments venus d’Orient, le jeu de cartes par exemple, où l’on trouve une opposition entre le rouge et le noir, ou encore le jeu d’échecs.

Le rouge est porteur d’une forte dualité. Il peut être considérée positivement ou négativement. Pouvez-vous nous en parler ?
Toutes les couleurs sont duelles. Elles portent leurs bons et leurs mauvais aspects. Le « mauvais » rouge est celui de la colère, de la faute, des crimes de sang, de la punition ou du danger. Cela remonte à des temps très anciens. Le « bon » rouge est celui de la fête, de l’enfance, de la beauté, de la féminité, de l’amour. Et, à l’intérieur de l’amour, se trouve aussi une opposition : l’amour-passion et réjouissant côtoie l’amour érotique et transgressif. Une même couleur prend plusieurs aspects.

Dans Le Traité des couleurs, qui a beaucoup influencé les ouvrages et les œuvres de Kandinsky, Goethe décrit la couleur comme de la lumière obscurcie. Il appelle cela « l’intensification ». Pour lui, le rouge proviendrait de « l’intensification » du jaune, tout comme il serait issu de « l’intensification » du bleu. Le pourpre en serait la fusion. Qu’en pensez-vous ?
Ces idées ont énormément vieilli et sont à présent datées. Il n’y a pas de vérités de la couleur. Je pense à cette phrase absurde de Johannes Itten, théoricien du Bauhaus : « les lois de la couleur sont éternelles et universelles ». Tous mes travaux vont dans le sens contraire. Tout est culturel. Le Traité des couleurs de Goethe se situe donc dans une réaction contre les théories de Newton. Les théories du Bauhaus sont dépassées, comme celles de Klee, Kandinsky, Albers et d’autres. Le chercheur ne peut que retracer l’histoire de ces théories. Mais, aucune ne prend le pas sur les autres.

Quand on réfléchit au rouge dans l’art, on pense à l’artiste japonaise Yayoi Kusama, mais aussi à Malevitch et son Carré rouge de 1915. Que vous évoque cette couleur dans ce champ artistique ?
Le rouge me fait penser à la peinture ancienne, aux artistes italiens de la Renaissance, spécialement ceux du XVe siècle, comme Ucello et Raphaël, admirables peintres des rouges. Je pense à ces époques, celles où l’on travaillait les pigments naturels. Et, dans la gamme des rouges, les peintres européens ont eu très tôt une grande diversité de pigments. Ils étaient bien plus variés que pour d’autres couleurs.

Est-ce la raison pour laquelle le rouge a été pour eux LA couleur par excellence ?
Oui. D’ailleurs, dans certaines langues, l’image est restée. « Coloratus » en latin ou « colorado » en espagnol signifient à la fois « rouge » et « couleur ».

Sur quels autres projets travaillez-vous actuellement, hormis les couleurs ?
Mon autre spécialité est l’histoire des animaux. Après avoir beaucoup travaillé sur l’ours, le cochon et la licorne, je suis en train de préparer un livre sur le corbeau, plus précisément l’histoire des relations entre l’homme et le corbeau. D’après des expériences récentes, il apparaîtrait comme le plus intelligent des animaux.

Le corbeau ! Cela fait penser à vos analyses sémiologiques des contes et fables.
Oui. C’est toujours cette trilogie énoncée précédemment, qui compte le blanc, le noir et le rouge. Dans le Corbeau et le Renard de Jean de La Fontaine, on trouve cette circulation de l’oiseau noir qui lâche un fromage blanc récupéré par le renard rouge. Il y a cette primauté du schéma blanc, rouge, noir dans les structures anciennes, qu’il s’agisse de mythes, de textes ou d’images. Les autres couleurs comptent moins.

Nous avons évoqué la représentation de cette couleur dans le passé. Qu’en est-il aujourd’hui, dans la vie de tous les jours ?
Quand j’étais enfant, les rouges avaient tendance à tirer sur l’orangé. Ils pouvaient aussi être vermillon ou franc. Aujourd’hui, ce qui me frappe dans le spectacle de la rue ou de la vie quotidienne, c’est que tous les rouges sont plus ou moins violacés, rosés ou tirant vers le framboise et le magenta. Il s’agit d’un changement auquel je suis sensible. Ce phénomène est paradoxal, car les sondages montrent qu’en Occident, ces nuances-là (magenta, rosé…) ne sont pas appréciées.

Lettre ouverte à Anne Hidalgo et Manuel Valls pour sauver le Grenier Picasso

Paris, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Plusieurs personnalités du monde de l’art et du spectacle ont adressé une lettre ouverte au Premier ministre et à la maire de Paris pour sauvegarder le Grenier des Grands Augustins, l’atelier où Picasso a peint Guernica.

Depuis 2013, un litige oppose l’association du Comité national pour l’éducation artistique et Chambre des Huissiers au sujet de l’occupation de ces locaux. Le Grenier, qui appartient à la Chambre des Huissiers, était occupé par l’association depuis 2002. Mais le Comité avait reçu un commandement de quitter les lieux le 7 août 2013. L’association, qui refuse d’abandonner cet espace, avait alors lancé un appel aux pouvoirs publics. D’après les informations d’Opinion Internationale qui a lancé la pétition, l’immeuble qui abrite le Grenier — fermé au public depuis novembre 2013 — est menacé d’être transformé en résidence hôtelière de luxe.

La lettre ouverte adressée à Anne Hidalgo et Manuel Valls — tous d’eux d’origine espagnole — a été signée, entre autres, par Charlotte Rampling, Bernard Lavilliers, Lucien Clergue, Jean-Pierre Mocky et Didier Lockwood. Elle fait appel au Premier ministre et à la maire de Paris en ces termes : « Vous êtes tous deux nés en Espagne et avez choisi de vivre en France et à Paris. C’est également à Paris que Picasso peignit le plus important tableau du XXe siècle, Guernica (…). À votre manière, vous êtes des héritiers singuliers de Guernica et vos destins marchent sur les pas de Picasso ». Elle demande par ailleurs à Anne Hidalgo et Manuel Valls « d’instruire une procédure de classement en urgence du Grenier comme lieu de mémoire », selon l’AFP.

Picasso, qui vécut de 1937 à 1955 au 7 rue des Grands Augustins, réalisa dans le Grenier plusieurs œuvres majeures dont Guernica en 1937. D’autres artistes résidèrent à l’atelier des Grands Augustins, dont Jean-Louis Barrault qui y fonda sa première compagnie théâtrale de 1933 à 1936.

Banksy se moque du programme de surveillance de la NSA

Cheltenham, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Une peinture murale mettant en scène trois détectives équipés d’un dispositif d’écoute près d’une réelle cabine téléphonique a été découverte dimanche matin à Cheltenham, en Angleterre. Les autorités soupçonnent Banksy, l’insaisissable street artist.

La station thermale de Cheltenham abrite le GCHQ, service de renseignements électroniques du gouvernement britannique, récemment impliqué dans le scandale de la NSA sur la collecte d’informations dévoilée par l’ informaticien Edward Snowden.

L’oeuvre a été réalisée sur la façade d’une maison à l’angle de Fairview Road et Hewlett Road. Karen Smith, qui vit dans la propriété, est ravie. « C’est très bien », confie-t-elle au Gloucestershire Echo, « cela anime un peu la rue ».

Daniel Joseph Martinez remporte le Prix Herb Alpert 2014

Los Angeles, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Daniel Joseph Martinez a remporté le Prix Herb Alpert 2014 pour les arts visuels, une récompense qui s’élève à 75.000 $.

Basé à Los Angeles, Martinez est connu pour ses prises de risque dans son approche expérimentale de l’art. Son travail a été présenté à la Whitney Biennale de 1993 et de 2008, où il distribuait des badges aux visiteurs. Ils affichaient : « je ne peux pas imaginer vouloir être blanc ». Ses travaux peuvent être vus, entre autres, dans les collections du Museum of Fine Arts de Houston et au Whitney Museum of American Art de New York.

Le Prix Herb Alpert récompense cinq artistes par an dans les domaines de la danse, du cinéma, de la vidéo, de la musique, du théâtre et des arts visuels. Créé en 1994, cette édition marque le 20e anniversaire de l’événement.

En France, le Ministère de la Culture s’oppose à une vente de lots nazis

Paris, le 15 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Le Ministère de la Culture et de la Communication a récemment saisi le Conseil des Ventes Volontaires (CVV) afin de statuer sur la légalité de lots ayant appartenu à de hauts dignitaires nazis. Cette demande fait suite à des protestations d’associations juives — le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme.

Le CVV, unique administration capable d’annuler ou de suspendre des ventes et de retirer des lots lors de vacations, a décidé d’ôter certains lots de la vente.

La vacation, qui devait être menée par la Société de ventes volontaires (SVV) Vermot de Pas, avait pour titre « Prises de guerre de la 2eDB du général Leclerc dans le Berghof de Hitler le 5 mai 1945 ». Le Berghof était la résidence secondaire du Führer dans les Alpes bavaroises. C’est la 2eDB — 2e division de Blindés — dirigée par le Général Leclerc qui avait pénétré dans cette résidence le 5 mai 1945. Les soldats en présence avaient pillé les objets disséminés dans la maison. Cette vente devait ainsi proposer certaines pièces acquises ce jour-là, dont des objets ayant appartenu à Adolf Hitler ou son ministre Hermann Göring.

Ainsi, parmi les lots à l’estimation la plus haute se trouvaient deux passeports d’Hermann Göring, estimés entre 3.000 et 5.000 €. Estimé au même prix, un coffre en bois offert à Hitler avait pour description : « Ce coffre a été offert à Adolf Hitler le 20 avril 1938, jour de son 49e anniversaire. Le lendemain, il prévoyait l’attaque de la Tchécoslovaquie ». La vente devait s’accompagner de divers lots, manuscrits, livres, photographies, etc.

La Saatchi Gallery et Google+ annoncent les finalistes du Motion Photography Prize

Londres, le 14 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

La Saatchi Gallery et Google+ ont lancé le Motion Photography Prize, la première compétition mondiale qui réunit des artistes ou créatifs qui exploitent des GIF animés. Environ 4.000 candidatures de 52 pays ont été reçues et les six finalistes exposeront leurs travaux à la Saatchi Gallery à Londres à partir du 17 avril 2014.

Le jury était composé du réalisateur Baz Luhrmann, des artistes Shezad Dawood, Tracey Emin et Cindy Sherman ainsi que le PDG de la Saatchi Gallery, Nigel Hurst. Ces derniers ont sélectionné un artiste par catégorie proposée : Instantdreamsnet pour la section paysage, Kostas Agiannitis pour la catégorie mode de vie, Micaël Reynaud pour le thème de l’ action, Emma Critchley pour son travail sur les gens, Matthew Clarke pour la nuit et Christina Rinaldi pour sa création sur la ville.

La photographie en mouvement est apparue comme une nouvelle tendance, mais elle demandait jusqu’à présent des outils spéciaux nécessaires, ainsi qu’ un savoir-faire. Aujourd’ hui Google+ offre la possibilité aux utilisateurs d’animer facilement et automatiquement une série de photos fixes.

Le lauréat du Motion Photography Prize sera annoncé le 16 avril à la Saatchi Gallery à Londres. Ce dernier aura le privilège de partager le temps d’un voyage l’expérience d’un photographe ou cinéaste de renom. L’exposition sera également présentée en ligne sur Saatchi Art, la plus grande galerie en ligne au monde d’ artistes émergents.

Un congrès à La Haye sur le thème de l’authentification de l’art

La Haye, le 14 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Un congrès organisé par l’Authentication in Art foundation (AIA ) aura lieu à La Haye au Louwman Museum du 7 au 9 mai 2014. Le congrès propose des conférences, des ateliers et des discussions sur l’authentification et les méthodes les plus appropriées pour identifier les contrefaçons dans le monde de l’art aujourd’hui.

Le congrès se composera d’une série de discussions portant sur les contrefaçons médiatisées et les techniques spécifiques pour lutter contre celles-ci. La première journée de discussions aura pour thème « Il ne ressemble pas à Leonardo », dirigée par Martin Kemp, professeur émérite d’histoire de l’art au Trinity College de l’Université d’Oxford. Ensuite, se tiendront des conférences intitulées « Les progrès historiques dans l’authentification de la peinture », suivie par « Utiliser le rayon X comme un instrument d’authentification ». La deuxième journée aura pour but d’adopter une approche d’authentification spécifique à des travaux d’artistes tels que Van Gogh, Jackson Pollock et Francis Bacon.

Le congrès est organisé par Milko den Leeuw, le fondateur de l’Atelier for Restoration & Research of Paintings (ARRS) avec l’aide d’un restaurateur. AIA est une organisation indépendante à but non-lucratif établie en 2012, qui fournit une plateforme à partir de laquelle des chercheurs de renommée internationale et des personnalités du milieu muséal peuvent partager leurs connaissances sur l’authentification de l’art.

Le Whitney Museum of American Art annonce les lauréats des American Art Awards

New York, le 14 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Le Whitney Museum of American Art a annoncé les lauréats des 23e American Art Awards, remis annuellement par le musée à tout acteur pour son « implication et son grand apport à la culture et aux arts visuels américains ». Cette année, les lauréats sont Dorothy Lichtenstein, The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts et la famille Maramotti.

Dorothy Lichtenstein est récompensée pour l’ensemble de son activité — elle est présidente de la Roy Lichtenstein Foundation et siège à maints conseils d’administration. The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts est désignée, cette année, pour ses bourses et subventions — qui ont atteint 250 M$ en 2013 et ont notamment profité au Whitney Museum. Enfin, le troisième lauréat est la famille Maramotti, qui sponsorise depuis deux ans la Whitney Art Party par l’intermédiaire de l’entreprise Max Mara.

Cette année, le trophée sera réalisé par l’artiste Joséphine Meckseper et sera remis aux lauréats durant un diner de gala le 7 mai 2014.

Nouvelle édition de Beirut Art Fair

Beyrouth, le 14 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Beirut Art Fair se déroulera du 18 au 21 septembre au Liban.

Cette foire consacrée au Moyen-Orient, au Maghreb et à l’Asie du Sud se veut une plaque tournante de l’art contemporain, au carrefour entre l’Orient et l’Occident. En septembre 2013, elle avait accueilli 46 galeries issues de quatorze pays. En outre, 18.000 visiteurs s’y étaient rendus. Cette année, les organisateurs prévoient la venue d’une cinquantaine de galeries d’art moderne et contemporain.

Créée en 2010 sous l’impulsion de Laure d’Hauteville et de Pascal Odille, elle présente des œuvres de la vaste région géographique s’étendant du Maroc à l’Indonésie à travers sa diversité de médias : peinture, dessin, sculpture, vidéo, design ou encore performance.

Le festival de Glasgow consacré aux arts visuels suit son cours

Glasgow, le 14 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

La 6e édition de Glasgow International, un festival se déroulant tous les deux ans et consacré à l’art contemporain, aura lieu du 4 au 21 avril.

L’affiche de la manifestation a été supervisée par Sarah McCrory, qui avait assuré précédemment le commissariat du programme de la Frieze à Londres. Le festival présente plus de 150 artistes, issus de 24 pays, prenant part aux nombreux expositions, événements, conférences, performances et projets autour de la ville.

L’édition de cette année inclut des lieux comme ceux des galeries Tramway et Gallery of Modern Art. Elle investit aussi des endroits rarement utilisés, qui ont été rendus accessibles au public, comme celui de la piscine de Govanhill Baths, un parking de voitures souterrain et McLellan Galleries — qui est le lieu consacré à l’art le plus ancien de la ville.

Parmi les artistes participants à cette 6e édition se trouvent Ed Atkins, Michael Smith, Khaled Hourani, Avery Singer et Sue Tompkins.

Une reconversion artistique en cours à Yonkers ?

Yonkers (État de New York), le 14 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

Yonkers est la quatrième ville de l’État de New York, limitrophe avec sa capitale au sud.  L’artiste américain David Hammons y a acheté récemment un espace afin d’y ouvrir une galerie d’art.

David Hammons, né en 1943, est un plasticien connu pour analyser avec ironie la réalité quotidienne des Afro-Américains — c’est dans cet esprit qu’il a réalisé l’œuvre African Amercian flag. Il a longtemps travaillé à Harlem — il s’est installé sur la 125e rue dès 1975 —, et ses œuvres font aujourd’hui partie des collections du MoMA. C’est pourtant à la périphérie de Big Apple qu’il poursuivra sa carrière.

Cette nouvelle pourrait laisser entrevoir les balbutiements d’une reconversion artistique pour Yonkers. En témoigne l’achat de l’ancienne prison de la ville, la Yonkers City Jail, en novembre 2013, par l’architecte et artiste Maya Lin et son mari, le marchand et collectionneur, Daniel Wolf. L’espace, de près de 1.000 m2, servira bientôt d’écrin à la collection de Daniel Wolf, mais accueillera aussi des expositions, conférences, performances, etc.

Quand les prix de l’immobilier new-yorkais étranglent les galeries du middle market, une solution viable peut-elle être une décentralisation — d’une partie — de la vie artistique ? L’idée peut suivre son cours.

Roger Tatley chez Marian Goodman

Londres, le 14 avril 2014, Art Media Agency (AMA).

La galerie Marian Goodman — qui ouvre un espace au Golden Square à Londres, le 14 octobre 2014, à l’occasion de la Frieze — a fait savoir que Roger Tatley serait le directeur de sa nouvelle antenne londonienne.

Jusqu’à maintenant, Roger Tatley était directeur de l’Alison Jacques Gallery. Auparavant, il a été directeur d’Hauser & Wirth et a surtout travaillé dans l’édition ainsi que dans la critique. Il a ainsi été le rédacteur en chef du magazine Modern Painters et a également édité plusieurs ouvrages sur l’art, la photographie ou encore l’architecture.