Le « dernier musée colonial » d’Europe veut se débarrasser de son image

Bruxelles, le 4 novembre 2013, Art Media Agency (AMA).

Le musée africain de Bruxelles va fermer ses portes le 30 novembre 2013 et rouvrira en milieu d’année 2017. Le « dernier musée colonial » d’Europe cherche en effet à changer son image.

Le Musée de l’Afrique centrale (MRAC) de Tervuren, situé dans la banlieue de Bruxelles, prendra le temps nécessaire pour rénover et changer l’esprit du château construit au début du XXe siècle par le roi Léopold II. « Ce musée montre comment l’homme blanc voyait l’Afrique il y a un siècle, au temps de la colonisation triomphante », témoigne Joseph Djongakodi Yoto, qui représente les associations de la diaspora africaine au sein du musée. Sur un grand mur, sont inscrits 1.500 noms de Belges morts au Congo. « Il n’y a pas un seul nom de Congolais, même de ceux ayant combattu aux côtés des Belges », regrette le chercheur.

« Il est facile de comprendre pourquoi nous sommes considérés comme le dernier musée colonial », explique Guido Gryseels, le directeur du MRAC : « Peu de choses ont changé depuis son ouverture en 1910, et sa dernière rénovation date de 1958. »

Selon le magazine Le Point, « L’immense bâtiment néoclassique a conservé le charme désuet des musées d’antan, avec ses vitrines mal éclairées, ses animaux empaillés et ses sols parquetés qui craquent. »

Le musée, qui attire annuellement 130.000 visiteurs, est doté de grandes collections incluant environ 150.000 objets ethnographiques. Les visiteurs pouvaient y voir la statue de l’homme-léopard, dont Hergé fait référence dans Tintin au Congo.